Urgence chirurgie de la main à Nice

Chirurgie du doigt à ressaut à Nice

Le doigt à ressaut est une pathologie fréquente et méconnue de la main.
Elle se manifeste par une douleur et un blocage du doigt lorsqu’il est en extension et en flexion, douleur généralement plus importante au réveil le matin.
Elle est due à un blocage du tendon fléchisseur du doigt (tendon qui permet de plier le doigt).

Qu’est ce qu’un doigt à ressaut?

infiltration doigt ressaut

Pour en comprendre la cause il faut connaître le fonctionnement des tendons de nos doigts. Chaque doigt est constitué de trois phalanges, auxquelles les tendons se plaquent par des poulies de réflexion, c’est-à-dire de petits tunnels dans lesquels les tendons coulissent, permettant ainsi aux doigts de se plier.
Si l’un de ces tendons s’épaissit, il se retrouve alors à l’étroit dans sa gaine et coulisse difficilement. C’est ce qui se produit lors du doigt à ressaut. Dans certains cas le tendon s’épaissit encore et forme un nodule. Il en résulte alors une difficulté lors de la flexion du doigt accompagnée d’une douleur vive. Lorsque l’on essaie de tendre le doigt il se produit dès lors un phénomène de ressort car le tendon épaissit a alors du mal à entrer et sortir de sa gaine. C’est cela que l’on appelle « doigt à ressaut ».
Cette pathologie est le plus souvent due à une tendinite (inflammation du tendon ou de sa gaine) ou encore une ténosynovite (inflammation parallèle de la gaine synoviale et du tendon dans une articulation). Elle est généralement liée à une utilisation excessive du doigt, lors d’activités nécessitant un geste répétitif du doigt. Le diabète peut aussi favoriser l’apparition du doigt à ressaut.
Le diagnostic de cette pathologie est essentiellement clinique mais une échographie peut être prescrite en cas de doute.

Quels sont les traitements de ce syndrome?

Si les douleurs sont apparues suite à un effort inhabituel ou prolongé, on peut prescrire une attelle afin de mettre le doigt au repos, accompagnée d’un traitement antalgique et anti-inflammatoire. Un traitement médical peut être prescrit dans les formes les plus minimes ou débutantes. On procède dans ce cas à des infiltrations de corticoïdes. Si ce traitement ne suffit pas ou dans les atteintes plus sévères ou encore lorsque l’administration de corticoïdes est impossible en cas de diabète par exemple, l’intervention chirurgicale devient inévitable.

L’intervention chirurgicale se fait sous anesthésie locale ou loco-régionale au bloc opératoire, en ambulatoire. Elle consiste à une ténolyse, c’est-à-dire à une séparation du tendon et de ses adhérences en coupant le tunnel, permettant ainsi d’obtenir une libération du tendon fléchisseur. Elle permet la libération immédiate du tendon évitant ainsi son altération et de retrouver la mobilité du doigt, mais aussi la disparition des douleurs.

L’incision, située à la base du doigt, ne fait généralement pas plus d’un centimètre.

Quelles sont les suites opératoires?

La personne regagne alors à son domicile avec un pansement à changer tous les deux à trois jours jusqu’à cicatrisation complète (environ quinze jours). L’ablation des points pourra être réalisée par son médecin traitant.

Les suites de cette intervention sont assez simples. La mobilisation du doigt doit être effectuée immédiatement après l’intervention. Un oedème peut cependant apparaître et gêner le mouvement de ce dernier.
La récupération est généralement complète au bout de trois semaines environ. Les complications sont plutôt rares, cependant, si une raideur persiste, des séances de kinésithérapie peuvent être prescrites.